Imprimer
Catégorie : Éditorial
Affichages : 185

À la suite de l'enquête publique concernant les nouvelles éoliennes qui seront sans doute implantées sur la commune de beauvilliers et aux alentours, une mise au point nous semble nécessaire. 

Historiquement, les premières éoliennes ont vu le jour sur la commune en 2005 (elles sont dues à la société Nordex). Elles ont été implantées sur terrain privé après information au Conseil municipal (un vote contre), aucune rétribution pour la commune. 

Un second opérateur (JPEE) s'est présenté en Mairie en 2007. Il a été reçu par Jean Claude Bayarri qui a exigé une contribution financière pour la commune en échange de l'implantation de nouveaux moulins (implantation dite “du moulin d'Émanville” - 17 dont 6 seulement sur la commune). Cette contribution a rapporté à la commune 6000 € par an et par éolienne ce qui nous a permis - sans augmenter les impôts locaux depuis - de refaire l'adduction et la distribution d'eau dans le bourg avec l'enfouissement de tous les réseaux et le renouvellement de l'éclairage public. Nous avons pu également financer la transformation de l'ancienne école et la construction du poney-club et en confier la gestion à PONEY & COMPAGNIE qui paye un loyer d'occupation des locaux améliorant ainsi l'attractivité de la commune tout en remboursant nos emprunts. Nous avons pu également entreprendre l'équivalent dans les hameaux - Hombières est terminé, à Villereau, les travaux débutent ce mois-ci. Entretemps, toujours aidés par l'apport financier des éoliennes, nous avons pu entreprendre le rachat et le début de la transformation du cœur de village et l'extension du poney-club (carrière). 

À la suite de la nouvelle enquête publique, un nouveau parc éolien devrait voir le jour sur la commune (les éoliennes citoyennes -3 moulins le long de la ligne de chemin de fer Voves/Chartres). Celles-ci nous permettront de financer l'enfouissement des réseaux à Vieil-Allonnes et Mauloup toujours sans augmentation des impôts locaux. Sans celles-ci, ces projets seraient très compromis.